AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail


Partagez | 
 

 Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karigan C. Mitwood
Sixième • Gryffondor

avatar
+ :

Féminin Capricorne Mon doux Andy !

█ Gallions : 4495
█ Messages : 20

♦ Né(e) le : 31/12/1994
♦ Age : 22
♦ Sang : Maman Sang-mêlé, Papa inconnu.
♦ Animal : Boursouflet
♦ Sortilège : Sortilège de Babillage -il est très drôle celui là.
♦ Baguette : Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, douée en Sortilège.
♦ Nationalité : Joker (Anglaise ?)

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kari'
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Mar 23 Aoû - 20:34

Jette un coup d’œil
à ce document,
Invité ...

ϟ Identité Informations de Base


Nom : Mitwood pour vous servir, c'est le nom de ma maman chérie.
Prénom : Karigan parce que ma mère devait pas être totalement remise de son accouchement -je déconne Mam' !- et Camille car, pour une mystérieuse raison, à mes yeux, ma mère aime les prénoms français.
Surnom : L'enfant du monde -par ma mère et que ma mère !- ; KRN, signature des photos que j'envoie pour certains magazines (qui sait, peut-être qu'elles seront prises).
Age : 16 ans de bons et loyaux services !
Date de Naissance : 31 décembre 1994 mes amis, et ouais, je voulais vraiment pas naître l'année suivante !
Signe Astrologique : Je suis donc une Capricorne !

Lieu de Naissance : Euh... Quelque part ? D'après maman, ma naissance a été un peu mouvementée. Et il y avait un problème sur le réseau de cheminette en plus...
Lieu d’habitation : Le monde ? Maman n'a jamais voulu acheter une maison car elle est toujours en déplacement.
Nationalité : Ma mère est d'origine Anglaise, Londonienne plus précisément ; par extension, je suis aussi Anglaise.
Sang : Aïe, aïe, ça se corse. Je suis une Sang-Mêlé, par ma mère. En faites, ses grands pères étaient des nés-Moldus et il n'y a jamais eu de sorciers 100% pur souche du côté maternelle. Et pour mon père... Mystères et boules de gommes ; car bon, j'étais pas prévue dans l'équation la première et dernière fois que mes parents se sont vus... D'après ma mère, c'était un sorcier, c'est tout ce que je sais.
Groupe Sanguin : A+ je crois.
Maison : Je suis une Gryffondor qui rugit telle une lionne... Bon j'avoue, le Choixpeau a hésité mais c'est pas grave ?
Année : En sixième année, le calme avant la tempête...


ϟ Complémentaire Baguette Magique


Alise fermement agrippée à ma main, le nez en l'air, entrain de regarder l'immense Aéroport de Londres, je marchais sur le sol dallé du Hall principal. À travers les nuées de personnes qui se pressaient et qui s'agglutinaient autour de nous, j’essayais de suivre Maman. J’adorais les Aéroports, l’on croisait des gens venus de tous les horizons, c’était un brassage de cultures et d’histoires. J’en avais visité une multitude, de Paris en passant par Bucarest, Moscou, Rio, Tokyo, Pékin ou encore Hong Kong ou Séoul ! J’avais admiré ceux de Sydney, de New York même Los Angeles, Lima ou encore Buenos Aires, ville du Che Guevara.

Cette liberté que je possédais, ces voyages qui avaient peuplés ma vie en compagnie de ma mère et ensuite d’Alise. Tout cela, je savais que je n’allais pas tarder à le perdre et je devais serrer les dents très forts pour ne pas fondre en larme. Je suivais Maman qui nous emmena du côté Sorcier de l’Aéroport et qui jeta de la poudre de Cheminette tout en criant « Hôtel de la Licorne », lieu où nous allions séjourner durant les deux semaines qui précédaient ma rentrée à Poudlard.

Je n’installai même pas mes meubles personnels, vraiment trop secouée par tout ce que cette venue en Angleterre représentait. Maman ne dit pas un mot quand elle vit l’état de ma chambre et elle m’expliqua juste qu’il fallait que l’on aille sur le Chemin de Traverse au plus tôt ; pour que toutes mes affaires soient achetées le plus vite possible. Je pris la lettre de Poudlard, la serrant fortement entre mes doigts. Alise à nos côtés, nous entrions dans l’allée marchande sorcière d’Angleterre, extrêmement peuplée en ce 15 août 2006. Ma petite sœur ne cessait de la comparer au Souk sorcier du Maroc, vantant les mérites et les couleurs de celui-ci. Je ne pouvais que sourire en entendant ses mots.

Maman finit par me prendre par le bras, elle m’observa avec sérieux et je sentis une boule arrivée dans mon estomac et ma gorge. Ses doigts passèrent dans mes cheveux.

- Bon, commença-t-elle, il est temps de rencontrer le premier mystère d’Angleterre ma petite enfant du monde. Il faut aller chercher ta baguette, vas-y toute seule.
- Premier mystère ? Demandais-je un peu confuse.
- Bien sûr ! Tu crois que tu vas chômer durant ces sept années ? J’espère bien avoir un compte rendu de toutes tes découvertes à Poudlard très chère ! Je parie que tu en verras moins que moi !

Maman était faussement joyeuse et me taquinait pour essayer de me faire sourire ; ma gorge ne fit que se serrer encore un peu plus. Elle aussi, cette séparation l’horrifiait, elle ne devait pas être mieux que moi, niveau émotionnel. Et elle allait voir si je découvrais moins de secret qu’elle sur Poudlard ! Gentiment, elle me poussa vers la devanture de Ollivander - Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.-C. Je déglutis, pris mon courage –et mon estomac- à deux mains et ouvrit la porte.

La boutique était petite, assez basse de plafond et le niveau d’acariens devait être supérieur à celui d’une Yourte des steppes de Mongolie. Le son de la rue était étouffé et la vitrine, recouverte de saletés, m’empêchait de bien voir les passants. Avec fracas, un vieux bonhomme sauta d’une vieille échelle branlante et à roulette pile devant moi. Choquée, je me demandai comment ne s’était-il rien cassé. L’homme, à la tignasse grisée par l’âge, m’étudia sous toutes les coutures.

- Pour votre première baguette, je suppose ?

J’hochai de la tête, pas totalement sûr moi mais rongée par la curiosité. Ce type était un bien drôle de gugusse. Il acquiesçait de la tête, répondant à des questions qu’il se posait à lui-même. D’un mouvement de main, une armée de mètres-rubans vint prendre mes mesures s’enroulant autour de ma taille et mes bras. Leur manège finit, le marchand, ne disant toujours pas un mot, partit dans les rangés débordantes de boîtes –certaines étagères semblaient même prêtes à se briser- et en ramena une.

- Bois de Séquoia, 28,1 cm, Plume de Phénix, souple, parfaite pour la métamorphose. Essayer de donner un coup sec dans l’air.

J’empoignai l’item magique, les sourcils légèrement froncés. Rien. Je la bougeais un peu, toujours RIEN, elle ne réagissait pas. Le vieil homme me l’arracha des mains et alla m’en chercher une autre… Puis une autre… Et encore et encore. Je ne savais pas vraiment combien j’en avais essayé mais je commençais à en avoir marre. Ma patience avait atteint ses limites et c’est avec la baguette « bois de Merisier, 30 cm, poil de Licorne, caractère doux et parfaite pour les débutants » que je laissai exploser ma rage. Un vase que je n’avais même pas vu rendit l’âme et le marchand faillit me déboîter le bras en m’enlevant la baguette des mains.

Il semblait ennuyé et regardait le petit tas de boîtes qui exhalait à mes côtés. Il se gratta le menton et me força à rester à ma place. Je le vis disparaître dans les confins de sa boutique. J’attendis pendant plusieurs minutes, trop de minutes si vous voulez mon avis. Je le regarda sortir de la caverne qui lui servait d’arrière-boutique avec un sourire fier et de la poussière sur le haut du crâne. Il me tendit une boite et c’était sans espoir que je récupérai la baguette à l’intérieur.

Là, se fut l’illumination, mon souffle se coupa et je sentis une chaleur bienfaisante envahir mes mains puis mon corps. Je bougeai l’item et des étincelles sortir de son bout, les morceaux de vases cassés tremblèrent, se soulevèrent du sol puis, se posèrent avec douceur dessus. M’humectant les lèvres, je le questionnai, la voix enrouée.

- En quoi… En quoi est-elle faite ?
- Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, son sourire se tordit en prononçant ces mots, personnellement, je n’utilise jamais les cheveux de Vélane, les baguettes ont bien trop mauvais caractères avec ce cœur. Toutefois, l’un de mes ancêtres en a fait quelques-unes, je remarque qu’elle vous va merveille. Cependant, je vous préviens, c’est une baguette puissante, du genre de celle qu’on garde toute sa vie. Vous allez avoir beaucoup de mal à la maîtriser et je vous souhaite bien du courage et de la détermination. Dernière précision, elle est parfaite pour les enchantements.

Je le payais, heureuse comme jamais. Maman allait être verte en voyant ma nouvelle baguette. Elle était géniale et pour l’instant les avertissements du commerçant me passaient au-dessus de la tête.

ϟ Mental Informations sur la psychologie


J'avais envie de m'étaler de rire à m'en taper le ventre. Ma petite sœur, Alise, de son doux nom, me regardait d'un air renfrogné. Sa peau chocolat rougissait au niveau de ses joues et son magnifique regard sombre me toisait derrière ses longs cils. Elle avait l'air, un peu en colère. Je finis par me calmer et lui sourire, toujours légèrement moqueuse.

- Aller 'Lise, boude pas, je veux bien y répondre à ton questionnaire.

Je sus que j'avais déclaré les bons mots quand ma petite sœur chérie me fixa avec une moue enjouée et me montra ses magnifiques dents blanches.

- Youpi ! Alors, voyons voir où tu seras répartie.

Alise alla chercher Sorcière Hebdo version 8-11 ans et s'installa devant sa grande sœur de cœur. Elle venait d'apprendre à lire que depuis peu mais était déjà accroc à ce genre de magazine. À mon plus grand découragement, je l'avoue, je ne lisais la revue que pour la partie Quiddich. Mais 'Lise avait était intraitable depuis mon dernier anniversaire -mes onze ans- elle voulait savoir ma maison tout de suite. J'avais beau lui répliquer qu'on avait le temps, qu'on était en Janvier et que la rentrée n'était qu'en Septembre ; elle ne voulait rien savoir.

- Bien, alors commençons. "Quel est ta plus grande qualité". 1. La Sagesse. 2. La Ruse. 3. Le Courage. 4. La Loyauté.
- C'est absolument débile, une personne n'a pas une GRANDE qualité.

Je pouffais dans mon coin ignorant les regards noirs d'Alise. Ce test était stupide, il reprenait exactement les qualités qu'était censées avoir les personne répartie respectivement à Serdaigle, Serpentard, Gryffondor et Poufsouffle. J'avoue que je ne croyais pas vraiment à tout ça ; ma mère ne m'avais jamais dis comment les sorciers étaient répartis et elle n'était pas partisane des préjugées parfois un peu trop ancrés à Poudlard. Surtout que l'on vivait loin de l'Angleterre et de l'école de sorcellerie alors toutes les nouvelles de là-bas me passait au-dessus de la tête. Pour celle de ma mère j'en étais moins sûre mais bon...

Le plus drôle, c'était que, ce que j'appelais Sagesse était de la logique pour ma mère. Pour elle, dire à une personne qu'elle risque de devenir aveugle à cause d'une potion bien nocive n'est pas être une personne sage, soit, n'empêche que je l'avais sauvé ce marchand qui reluquait toujours le décolleté de maman !

De même, je me disais rusée et courageuse en même temps tel un renard des bois ! Et maman me répondait que j’étais surtout un concentré de bêtises enfantines et que NON, essayé d'attraper un serpent grâce à un piège n'était pas ce qu'on pouvait définir comme rusé et qu'essayer de garder dans ses bras un ouistiti enragé et apeuré n'était PAS courageux. Franchement, je ne la comprenais pas.

Le seul endroit où nos avis se rejoignaient, c'était pour la Loyauté et encore. En effet, je n'avais pas beaucoup d'amis ; pas que j'étais associable, loin de là ! mais avec le travail de ma mère qui m'emmenait aux quatre coins de la Terre, c'était dur d'avoir de véritable ami. N'empêche, j'étais loyal à ma petite sœur, que je protégeais envers et contre tout ! Que quelqu'un lui cherche des noises et j'arrivais pour envoyer le bougre ailleurs.

- Est-ce que je peux choisir plusieurs réponses ? Je demandais sans regarder Alise. Je l'entendis soupirer.
- Vas-y mais t'es pas drôle.
- D'accord, je fis une mimique moqueuse, ça me brise le cœur mais je choisis le Courage et la Loyauté mais vraiment, je regrette la Ruse et la Sagesse.

Ma petite sœur cocha les cases et continua de me poser plusieurs questions ; certaines sur la pureté du sang, d'autres sur les créatures magique ou mes réactions par rapport à différentes situations. Je me pliais au jeu et faisais diverse grimace quand 'Lise parlait de ténébreuses bestioles. La fin arriva bien vite et ma sœur compta consciencieusement mes points, comme lui avait appris maman ; avec les doigts.

- Bon alors, Gryffondor en premier, courageuse, téméraire gniagnia, fonce dans le tas, on a comprit l'idée. Juste derrière, Serpentard, à un point de décalage d'ailleurs, rusée, ambitieuse, blabla, tout le monde tombera à vos pieds. Ah ah, ils sont marrants ceux qui écrivent ça. Poufsouffle, deux points derrières Serpentard ; votre loyauté est indéfectible, vos amis peuvent compter sur vous, etc. etc., on connaît la suite. En dernier Serdaigle, un point derrière Poufsouffle. Vous êtes intelligente et les gens vous écoutent pour votre sagesse, taratata, attention toute fois à ne pas être trop sérieuse. Et bien ma chérie, derrière Alise, ma mère me fit une grand sourire, je ne l'avais pas vue arriver, c'est que c'est serré tout ça. J’attends avec impatience ta répartition, je me demande où tu vas aller.

Je toisai ma mère, une moue faussement boudeuse plantée sur mes lèvres. Ce n’était pas drôle, je ne savais pas du tout où je voulais aller, à peu près toutes les Maisons me plaisaient. Et Maman refusait obstinément de me dire où elle avait été répartie. Et pourtant, on avait tout essayé Alise et moi, du chantage jusqu’aux yeux doux. Je n’avais plus qu’à prendre mon mal en patience –horreur !

________________________________

J’avais cru que la crise de larmes de Alise au départ du Quai 9 ¾ ainsi que le long voyage dans le Poudlard Express aurait eut raison de moi. J’avais tord. Alors que l’envie de m’enfuir se faisait de plus en plus sentir. Je la vis. L’école de Sorcellerie Anglaise était tout simplement magnifique. Ces hautes tours et son parc ! Non d’un Centaure en culotte courte, il était IMMENSE. Et j’avais hâte de regardé de plus près la Forêt Interdit ; de jour si possible.

Ma bouche faillit rejoindre le parquet quand le plafond enchanté s’offrit à mes yeux. Ce château était totalement démentiel, est-ce que tout, ici, était si… Magique ? Extraordinaire ? Pourtant, j’en avais vu des endroits incroyables ainsi que des objets ensorcelés magnifiques mais là… J’étais soufflée. Et le meilleur était à venir. Alors que le groupe d’élèves de première année, dont je faisais partie, s’arrêtait au milieu de la Grande salle, entouré par les tables des quatre Maisons. Le professeur qui nous avait emmené jusqu’ici déroula un rouleau de parchemin et attendit. C’est alors qu’un chapeau se mit à chanter, à chanter ! Et le machin semblait intelligent, ce n’était pas juste un bête sort !

Après que le couvre-chef -entre temps, on avait appris qu'il s'appelait le Choixpeau- ait poussé la chansonnette, le professeur commença à déclamer les noms des différents première année pour qu’il mette l’objet magique sur leur tête. Les yeux fixe, j’observais les élèves se faire répartir dans leur maison. Le temps que l’on passait sous le Choixpeau était inégal, certains ne faisaient que rester quelques secondes, d’autres y passait des minutes entières.

- Mitwood, Karigan.

Je déglutis, sans trembler et cachant mes mains moites, je m’avançais. Ne regardant personne en particulier, j’ancrais avec détermination, mon regard sur le chapeau ensorcelé. Les gestes assurés –tout du moins, le plus possible dans cette situation- je posais le Choixpeau sur ma tête. Il tomba sur mes yeux et le monde devint noir.

- Et bien et bien, susurra une voix, qu’avons-nous là ? Une magnifique tête embrouillée.
- Vous… Je déglutis et essaya de parler dans mes pensées. Vous parlez dans ma tête ?
- Tête embrouillée mais vive d’esprit, pas mal petite. Il va être dur de te trouver une Maison. Tu es sûre de ne pas avoir envie d’aller spécifiquement dans l’une d’entre elles ?
- Je….
Je réfléchis durant de rapides secondes, rien ne me vint à l’esprit. Je préfère vous laissez choisir, j’aime bien les surprises.
- Une demoiselle qui est hasardeuse, à tes risques et périls ma jeune dame, laisse moi donc voir toute ta vie et tes pensées. Je sentis alors comme si on fouillait ma tête mais toute en douceur. Tu es une certaine stratège jeune fille, avec de la ruse et une certaine intelligence acquise par les années et les conseils de ta mère. Toutefois, ni Serpentard et Serdaigle ne t’iront. Poufsouffle m’a effleuré mais malgré une vive loyauté envers ta famille, tu risques de détonner dans cette Maison. En revanche… Le courage, la détermination et ce certain goût du risque font de toi une jolie GRYFFONDOR. À la revoyure !

Sous les applaudissements des lions je posai le Choixpeau sur le tabouret avec respect. Un sourire joyeux et moqueur flottait sur les lèvres. Gryffondor, ce choix me plaisait et il semblerait que le test de Sorcière Hebdo de ‘Lise avait raison.


ϟ Complémentaire Goûts du personage


Ce qu'il/elle aime : Je suis fan de Quiddich, de photographie et j'aime la pluie. J'adore les Sortilèges et la Défense contre les forces, d'ailleurs, j'allie ces deux matières en participant aux cours de Duel. J'ai décidé de voué un culte au Catch, d'ailleurs, je maîtrise quelques prises. Et je nage comme une déesse, dixit mon côté narcissique.
Ce qu'il/elle n'aime pas : Je déteste être enfermée -à part lors de fouille, là, je suis enchantée- surtout dans les endroits que je ne connais pas. J'ai trop l'habitude des grands espaces. J'hais, j’abhorre la Métamorphose. Et j'ai décidé de monter un club pour exterminé les bêtes communément appelées moustiques.

ϟ Complémentaire Affinités Particulières


Goûts Musicaux : J'aime la musique rythmique d'Afrique, les douces mélopées du Pérou et l'harmonie des tintements asiatiques. Dans les musiques plus "jeun's" je préfère le pop rock.
Goûts Culinaires : La viande ! À toutes les sauces, poivres, moutardes, sucré-salée froide en salade, chaude accompagnées de délicieux légumes. Je fonds totalement devant ces plats ; et j'ai aussi un petit coup de cœur pour les pâtisseries -surtout française.
Goûts Vestimentaires : Euh... Joker ? Bon, j'aime les jupes longues et les bottines en été et j'apprécie les pantacourt et les ballerine/espadrilles dans les saisons chaudes. Je garde très souvent mon appareil photo accroché autours de mon cou et j'aime les couleurs blanches/bleus marines et bordeaux.

ϟ Apparence Informations sur le physique


Tailles & Poids : Demander son poids à une jeune fille ! Allons, ça ne se fait pas ! Ouais, je veux bien vous le dire, mais c'est juste parce que vous êtes gentils !
Je mesure environ un mètre soixante-deux -on chipote pas pour les millimètres- et attention ! Je pèse 54 kg. Et c'est que du muscle ! Normalement...

[désolé mais je préfère décrire à ma manière, si ça gène, je pourrais toujours recommencer !]

« Petite » avaient dit certains ; « Assez chétive » avaient répliqué d'autres ; « La ressemblance avec sa mère est frappante » s'étaient exclamées des femmes aux yeux brillants. Voilà à quoi j'étais soumise depuis quelques heures, l'accent étrange de ces gens ajoutant encore plus à mon désarrois -nous nous trouvions, ma mère et moi, près de la frontière Californienne de l'Oregon. Née et bercée, avant tout avec les paroles douces de ma maman originaire de cette belle Angleterre, j'observais de mes grands yeux bleus sombres aux nuances de tempêtes se déchaînant au-dessus des flots, ces personnes piaillées et félicitées ma mère à grand renfort de mots grandiloquent.

Moi, je restais un peu bêtement, là, à les fixer, en me balançant d'avant en arrière sur mes petits pieds. Je trouvais ces gens étranges à s'agiter autant et je ne me sentais pas du tout à l'aise dans cette robe gris crème qui me donnait un air encore plus fragile du haut de mes sept années. Je lançais des regards alarmés donnant de ce fait, des coups secs de la tête qui faisaient voler mes cheveux devant mon visage. J'ai toujours aimé mes cheveux, très très fins et facilement volatiles, ils changeaient de couleurs selon la lumière qui se réverbérait dessus. Parfois semblable à la douceur de la camomille, il pouvait cependant passer du piquant de la châtaigne à l'ombre des peaux brunies par le soleil. Il arrivait même que quelques fois, les pointes si claires, ressemblaient comme deux goûtes d'eau, aux mystérieux rayons pâles de la Lune.

Une main fine vint soudain se placer dans la mienne encore un peu potelée par mon jeune âge. Je souris en regardant ma mère plein d'espoir. D'un pas sûr, elle quitta cet endroit horrible pour retrouver la paix et arrêter avec ces faux semblants. Ouf, la torture était terminée.

________________________________


« Que tu es belle Karigan, vient là que je te serre dans mes bras. » Avait soufflé ma mère pleine d'amour, aux dernières vacances où nous nous étions vus. Je ne savais pas si elle avait raison, en faites, je n'y réfléchissais pas beaucoup. Pourtant, je me trouvais devant le miroir de ma salle de bain.

J'étais semblable à maman, personne ne pouvait le nier. La forme du visage, la mâchoire fine, le menton légèrement pointu et ne dénotant pas dans les lignes du profil. Les joues à peine rondes, pas totalement envolées mais déjà, transparaissaient ce qu'elles deviendront dans peu de temps. Elles soulignaient la délicatesse de la peau de ma figure et l'étincelle du regard. Ma bouche légèrement rosée, tantôt enjouée et taquine tantôt illusionnée par une moue rêveuse. Et quand je changeais ainsi d'expressions, on pouvait remarquer toutes les similitudes avec celles de ma génitrice. Vraiment, on aurait pu nous prendre pour deux sœurs.

Il n'y avait qu'une seule chose qui différait ; une unique chose qui m'emplissait de fierté, car cette différence prouvait que, malgré toutes ces similitudes, je n'étais pas ma mère. Mes yeux, je les avais hérité de mon père ; ce père que je connaîtrais jamais mais dont j'avais tout de même un lien avec lui. Un jour, ma mère m'avait dit qu'ils avaient la profondeur des abimes et que c'était ça, avant toute chose, qui l'avait attiré chez mon géniteur. Ce jour, je les avais longtemps étudiés. Leur nuance lapis-lazulis sombres et les ombres qui semblaient dansées au fond. J'avais alors pensé que, quelque part, une personne se regardait elle aussi ces mêmes yeux. Je me suis sentie bizarrement détendue et heureuse.

ϟ Passé Informations sur l'histoire


L'hôtel était plutôt grand et se situait dans la périphérie de Bangkok, la capitale Thaïlandaise. Nous étions arrivées il y avait environ deux jours et cette escapade durerait deux semaines. Ensuite, nous mettions le cap sur le Brésil, près des plages aux sables fins mais surtout, pour la présence de la mystique forêt Amazonienne. J'avais déjà installé toutes mes affaires ; même si je devais les remballer dans peu de temps, j'avais l'habitude. En effet, c'était un peu comme si je possédais toujours la même chambre. Je n'utilisais jamais les meubles des différents endroits où nous séjournions. J'utilisais les miens et seulement eux et je les disposais de la même manière à chaque fois -sauf exception.

Pour l'instant, j'étais assise sur mon lit, un album photo sur les genoux. Cet album n'était pas comme les autres qui occupaient une partie de ma bibliothèque. Il n'y avait, à l'intérieur, que des photos de moi, seule ou avec ma famille. Je ne le feuilletais pas souvent mais aujourd'hui, j'en avais envie.

Je soulevais la couverture en cuir pour tomber sur ma mère, allongée, souriante, rayonnante et bien jeune ; dans ses bras reposait un bébé, les yeux fermés et ses petits doigts se serrant avec force, dans une forme de poing. Le bébé, c'était moi, avec ma mère, nous nous trouvions sur un lit d'Hôpital et la légende de la photo disait : 31 décembre 1994. Naissance de Karigan. Arriver à Sainte Mangouste après qu'elle soit sortie de mon ventre. Je souris devant cette image, la photo avait été prise par Mamie pendant que Pépé s'arrangeait pour les modalités. Je n'avais pas de père. Pourtant Maman était resplendissante, elle venait d'accoucher d'une façon des plus originales et elle tenait très fort sa fille dans ses bras, fatiguée mais heureuse comme jamais. Je la trouvais magnifique.

Oh je sais que rien n'avait été simple pour elle. J'étais un bambin assez speed, capricieux, adorant la faire tourner en bourrique. Elle m'avait avoué que durant les deux premières années de ma vie, nous n'avions pas beaucoup bougé de l'Angleterre, maman faisait la navette entre notre petit appartement et la maison familiale de ses parents. D'après ce que je sais, elle avait fait plusieurs crises de nerfs majeurs dans les bras de mamie. Elle était vraiment jeune quand je suis arrivée, alors mère célibataire, elle se sentait mal.

Tout s'était arrangé quand on avait reprit la route. Je me suis calmée dans mon comportement petit à petit. La curiosité me poussait à tout regarder toucher, j'avais fait un voyage sur dos d'éléphant en Thaïlande avant même d'avoir cinq ans ! Visitée à peu près toutes les allées marchandes sorcières avant ce même anniversaire et je découvrais chaque jour un peu plus le monde qui m'entourait. Je gazouillais en anglais alors qu'autour de moi, les gens parlaient en français, espagnol, japonais et que résonnait les étranges accents, à mon oreille, des Américains ou des Irlandais. Maman me murmurait que j'étais son enfant de la Terre, sa petite merveille. Les Mamans devaient dire ça à toute leur fille mais j'adorais quand elle prononçait ces mots.

Toute mon enfance, je l’ai passé à voyager à travers la Terre entière. Je sillonnais avec ma mère les continents. J’apprenais les langues et les cultures par pans entier en quelques mois -voir semaines dans certains cas ! Je maîtrisais le Français et l’Espagnol (avec un magnifique accent anglais), j’avais des bases en Egyptien. Le pays est l’un de ceux que j’avais le plus visité, vous n’imaginiez pas le nombre de malédictions, d’objets, de Pyramides piégeuses que possédaient ces contrées, c’est un pays magnifique, magique mais dangereux. J’adorais aussi la Russie, j’aimerais bien apprendre le Russe et je connaissais surtout les insultes, évitez de le répéter.

Maman était une sorte d’ambassadrice, elle travaillait pour le Ministère. Son rôle était parfois de contacter les divers gouvernements mais souvent, elle était envoyée pour désensorceler des objets, déjouer des maléfices, on la retrouvait souvent sur les fouilles archéologiques Moldus, pour éviter qu’ils ne prennent des objets magiques dans leur musée (d’où le temps passé en Egypte). Je la suivais partout, Maman avait toujours refusé de me faire garder, à part en cas de force majeur, elle avait peur qu’il m’arrive quelque chose et préférait me voir. Mamie et elle se disputaient souvent à ce sujet, elle disait que je menais une vie trop dangereuse, qu’une petite fille ne devait pas vivre ainsi. Dans ces moments, je ne la comprenais pas, j’étais heureuse avec maman et je ne voyais pas ce qui était risqué dans mes activités ; j’étais jeune.

Bien sûr, Maman faisait toujours très attention à moi, comme dans la Jungle Amazonienne ou ce magnifique mois passé au Sahara. Elle m’entourait de sorts garantissant au maximum ma sécurité. Parfois, elle me prêtait sa baguette de secours et elle m’apprenait des sorts mineurs pour la prévenir par des étincelles où m’éclairer pour que jamais, je sois sans lumière. Durant mes onze premières années, il était très rare qu’il m’arrive quoique se soit ; il y a seulement cette fois où j’étais retrouvée coincée dans un tombeau mais on m’en avait sortis assez rapidement.

En faites, de mon point de vue, tout se passait bien et ma vie était « calme ». Il n’y avait qu’une seule fois ou notre quotidien avait été bouleversé. J’allais sur mes neuf ans, nous étions en Afrique du Sud. Bien que j’aimais la chaleur et certaines personnes de ce pays, j’étais toujours un peu mal à l’aise. Moi qui pouvais demander autant de choses que je le voulais à ma mère, je voyais des enfants maigres qui ne pouvaient pas se nourrir. Le jour où le choc avait été le plus violent, fut bien celui où je vis un petit garçon me regarder, de ses grands yeux vides aux orbites bien trop voyantes, quasiment incapable de se maintenir debout, ses jambes ne pouvant le retenir. Cette nuit-là, je n’avais pu dormir.

Enfin, de retour en Afrique, nous avions dû aller aider une ville où une maison posait beaucoup de problèmes. Un couple de sorciers venait de s’y installer avec leur petite fille mais plus aucune nouvelle d’eux. Les anciens propriétaires avaient réussis à sortir de l’habitation sans trop de dommages mais ils avaient précisé que certains pièges étaient quasi mortels. On leur avait reproché de ne l’avoir dit qu’après la vente et l’installation des nouveaux possesseurs.

Avec Maman, nous étions rentrées, prudentes comme jamais, moi bardé de mes sortilèges et elle armée de sa baguette. Nous avions tout inspecté, la dernière pièce était devant nous, aucune trace des habitants de la maison. Maman m’avait demandé de rester à la porte, un mauvais pressentiment lui serrait le cœur. Je l’attendis à peine une minute, elle ressortit de la pièce, le visage fermé, une petite fille, les bras fermement agrippés autours de son cou. Elle la déposa au sol, me demandant de veiller sur elle et retourna dans la pièce.

C’est ainsi que je vis pour la première fois Alise, celle qui deviendrait à l’avenir ma petite sœur adorée, elle avait trois ans. À ce moment-là, elle était terrifiée, une goutte que j’identifiai comme une goutte de sang coulait sur sa joue. Elle serrait convulsivement ses petites mains. Sans réfléchir, je la pris dans mes bras et elle enfouit sa tête dans mon cou. Quelques temps plus tard, d’autres personnes arrivèrent, la maison avait été à peu près sécurisée. Maman me prit par la main, disant que nous n’avions plus rien à faire ici. Je tenais toujours Alise et elle ne me lâchait pas.

Mes trois années avant Poudlard furent magnifiques, Alise était une petite fille souriante, quand le choc de la disparition de ses parents s’atténua. Je faisais tout pour la protéger. Nous continuons de passer d’un bout à l’autre du globe et à vivre assez marginalement et souvent dangereusement. Nous étions unies comme une vraie famille toutes les trois et la menace Poudlard terrifiait autant Alise que moi.

Ensuite, la peur avait laissé place à une grande curiosité pour cette école de sorcellerie. Rien de vraiment sensationnel outre mes diverses découvertes durant ses années. J’avais passé mes BUSEs avec plus ou moins de succès –la Métamorphose avait été une catastrophe- et en troisième année, j’étais passée Attrapeuse de l’équipe de Gryffondor mais c’était tout.

ϟ HS Hors Jeu


Votre Pseudo : Kear
Age : 15 ans
Comment avez vous découvert Riddikulus² : Sur un top-site en cherchant activement un forum HP.
Autres commentaires : Forum agréable -il y a de la place dans les équipes de Quiddich !- et ça fait du bien de voir des avatars mangas dans un forum Harry Potter.



_________________
Ne suis-je pas adorable ?



Dernière édition par Karigan C. Mitwood le Mar 20 Sep - 18:46, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t353-karigan-pose-ses-fesses-
Sarah McLane
 COLLÈGE • Hufflepuff

avatar
+ :

Féminin Bélier Fichu pc ! ><

█ Points : 0
█ Gallions : 7249
█ Messages : 478

♦ Né(e) le : 23/03/1994
♦ Age : 23
♦ Sang : Père Moldu, Mère Sorcière
♦ Animal : Chartier
♦ Sortilège : Protego Totalum
♦ Baguette : Bois d'if Irlandais, 25,3cm, trèfle de farfadet
♦ Nationalité : Irlandaise

Joueur de Quidditch

Médailles :

Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Queen McLane
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Ven 26 Aoû - 0:55

Bienvenue à toi sur Riddilkulus mr mexicana

Ta présentation m'a déjà l'air bien complète mais j'ai vu qu'il restait à deux endroits la note "en cours" donc j'attends de tes nouvelles pour savoir si je dois encore patienter pour mes commentaires vis-à-vis de ta validation. Wink

Je me permet déjà d'ajouter que j'aime ta façon de décrire certaines parties avec une touche très originale.
Revenir en haut Aller en bas
Karigan C. Mitwood
Sixième • Gryffondor

avatar
+ :

Féminin Capricorne Mon doux Andy !

█ Gallions : 4495
█ Messages : 20

♦ Né(e) le : 31/12/1994
♦ Age : 22
♦ Sang : Maman Sang-mêlé, Papa inconnu.
♦ Animal : Boursouflet
♦ Sortilège : Sortilège de Babillage -il est très drôle celui là.
♦ Baguette : Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, douée en Sortilège.
♦ Nationalité : Joker (Anglaise ?)

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kari'
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Ven 26 Aoû - 22:18

Voilà, j'ai terminé ma présentation. Je m'excuse toute de suite, je n'ai rien relu, je verrais ça plus tard. Pfiou.

En revanche, je voulais demander si j'étais obligé de passer à la troisième personne poru mes rp. Simple question ^^.

_________________
Ne suis-je pas adorable ?



Dernière édition par Karigan C. Mitwood le Mar 20 Sep - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t353-karigan-pose-ses-fesses-
Sarah McLane
 COLLÈGE • Hufflepuff

avatar
+ :

Féminin Bélier Fichu pc ! ><

█ Points : 0
█ Gallions : 7249
█ Messages : 478

♦ Né(e) le : 23/03/1994
♦ Age : 23
♦ Sang : Père Moldu, Mère Sorcière
♦ Animal : Chartier
♦ Sortilège : Protego Totalum
♦ Baguette : Bois d'if Irlandais, 25,3cm, trèfle de farfadet
♦ Nationalité : Irlandaise

Joueur de Quidditch

Médailles :

Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Queen McLane
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Ven 26 Aoû - 23:32

Alors me re-voilà :3

Alors, j'ai lu la fiche dans son intégralité et il faut bien avouer que le gros point noir de celle-ci sont les fautes quand même assez nombres, cependant tu as précisé ne pas l'avoir encore relue donc je pense que tu dois en être consciente déjà Very Happy Il faudra qu'elle soit corrigée pour être validée, je n'impose pas que cela soit parfait, je commet moi même des erreurs mais c'est tout de même plus agréable quand certaines erreurs peuvent êtres gommées...

silent Du reste le tout est très bien, on a hate de pouvoir cotoyer un personnage comme celui là dans le château, elle à l'air d'avoir vécu pas mal de choses !

Ah oui, une dernière chose, il y a juste une partie de l'histoire que j'ai eu un peu de mal à comprendre, c'est lorsqu'elles vont à la rencontre des parents de sa petite soeur...

PS : Ah oui, pour ta question : tant que cela ne gêne pas tes interlocuteurs ça n'est pas un problème pour moi si tu veux faire différemment, n'oublies juste pas de le specifier !
Revenir en haut Aller en bas
Karigan C. Mitwood
Sixième • Gryffondor

avatar
+ :

Féminin Capricorne Mon doux Andy !

█ Gallions : 4495
█ Messages : 20

♦ Né(e) le : 31/12/1994
♦ Age : 22
♦ Sang : Maman Sang-mêlé, Papa inconnu.
♦ Animal : Boursouflet
♦ Sortilège : Sortilège de Babillage -il est très drôle celui là.
♦ Baguette : Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, douée en Sortilège.
♦ Nationalité : Joker (Anglaise ?)

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kari'
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Sam 27 Aoû - 11:22

Voilà, j'ai dû corriger le plus gros des fautes, je ferrais peut-être une autre re-lecture au cas où. Alalala, deux mois sans école et voilà ce que ça donne. Une floppée de fautes absolument horribles u_u'.

En faites, Karigan n'a jamais vu les parents d'Alise et elle même n'a jamais totalement compris qu'est ce qu'il s'était passé ce jour-là. C'est pour ça que je reste flou ^^. Quand à Alise, elle n'a plus que de vagues souvenirs

Pour faire simple, les parents d'Alise avait acheté un maison mais elle était pleine de pièges en tout genre et souvent dangereux. Malheureusement, le temps que quelqu'un de qualifié arrive pour les sortir de ce traquenard, les parents d'Alise étaient déjà morts. La mère de Karigan a donc décidé de s'occuper de la petite Alise qui est denue la petite sœur de Karigan ^^. (j'espère que c'est plus compréhensible laughing )

_________________
Ne suis-je pas adorable ?



Dernière édition par Karigan C. Mitwood le Mar 20 Sep - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t353-karigan-pose-ses-fesses-
Sarah McLane
 COLLÈGE • Hufflepuff

avatar
+ :

Féminin Bélier Fichu pc ! ><

█ Points : 0
█ Gallions : 7249
█ Messages : 478

♦ Né(e) le : 23/03/1994
♦ Age : 23
♦ Sang : Père Moldu, Mère Sorcière
♦ Animal : Chartier
♦ Sortilège : Protego Totalum
♦ Baguette : Bois d'if Irlandais, 25,3cm, trèfle de farfadet
♦ Nationalité : Irlandaise

Joueur de Quidditch

Médailles :

Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Queen McLane
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Dim 28 Aoû - 1:29


~ HS ~ J'avais fait tout un message avec quelques unes des fautes que j'avais remarquées, des petites explications pour t'aiguiller à reconnaitre les autres dans le même style et finalement, j'y avais passé trop de temps et quand j'ai voulu le poster j'ai du me re-connecter et ça à tout perdu, youhou /o/

Du coup je vais plutôt faire soft et si c'est vraiment nécessaire j'essayerais d'en retrouver certaines, je vais juste te dire qu'il faudrait surtout que tu vérifies tes terminaisons singulier/pluriel et féminin/masculin : c'est ce que j'ai remarqué le plus. Par exemple, tu parles de ton personnage (qui est une fille) mais tu laisses le verbe au masculin. (de mes souvenirs, il y avait par exemple "choqué" au lieu de "choquée", en parlant de toi ou "grisé" au lieu de "grisée" lorsque tu parles de la tignasse d'Ollivanders. les mérite et les couleurs -> couleurs est bien au pluriel, mais pas mérites alors qu'il y a bien un "les" devant :/ ..ect )

Je ne sais pas si tu utilises un correcteur d'orthographe donc n'oublies pas que Word est souvent assez utile, il y a également Open Office trouvable gratuitement sur internet ou le site web bonpatron. =3
Revenir en haut Aller en bas
Karigan C. Mitwood
Sixième • Gryffondor

avatar
+ :

Féminin Capricorne Mon doux Andy !

█ Gallions : 4495
█ Messages : 20

♦ Né(e) le : 31/12/1994
♦ Age : 22
♦ Sang : Maman Sang-mêlé, Papa inconnu.
♦ Animal : Boursouflet
♦ Sortilège : Sortilège de Babillage -il est très drôle celui là.
♦ Baguette : Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, douée en Sortilège.
♦ Nationalité : Joker (Anglaise ?)

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kari'
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Dim 28 Aoû - 21:14

Normalement, c'est ok, il n'y a plus trop de fautes mais wahou, c'est long à relire. J'en peux plus. Va falloir que je retravaille mon ortho' parce que je déteste devoir passer autant de fois derrière moi-même ! paniqué

Voilà, en espérant que cette fois, c'est la bonne. ihih

_________________
Ne suis-je pas adorable ?



Dernière édition par Karigan C. Mitwood le Mar 20 Sep - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t353-karigan-pose-ses-fesses-
Sarah McLane
 COLLÈGE • Hufflepuff

avatar
+ :

Féminin Bélier Fichu pc ! ><

█ Points : 0
█ Gallions : 7249
█ Messages : 478

♦ Né(e) le : 23/03/1994
♦ Age : 23
♦ Sang : Père Moldu, Mère Sorcière
♦ Animal : Chartier
♦ Sortilège : Protego Totalum
♦ Baguette : Bois d'if Irlandais, 25,3cm, trèfle de farfadet
♦ Nationalité : Irlandaise

Joueur de Quidditch

Médailles :

Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Queen McLane
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   
Dim 28 Aoû - 21:45

Il reste encore un certain nombre d'erreurs, mais c'est déjà beaucoup mieux, ça n'est plus vraiment gênant pour la lecture et tu as fourni assez d'efforts pour qu'elle puisse être validée, de toutes les façons on sens très bien que tu as un très bon potentiel, j'espère que cela te plaira de jouer ici Very Happy

Répartie à Gryffondor gryffondor ic

validée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karigan pose ses fesses sur les bancs de l'école.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ticket pour pose de MS
» Voler le Log Pose !
» Les fesses à l'air par le toit ouvrant d'une voiture...
» EU3 - MOD MEIOU - Partie officielle ouvert à tous (comme les fesses de Koratos)
» L'envol de l'Aigle [Ciel & ses fesses]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Riddikulus Hogwarts² :: HORS-JEUX ::  Admissions du Collège ~ :: Gryffondor-