AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail


Partagez | 
 

 Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalev Hopwar
Sixième • Poufsouffle

avatar
+ :

Masculin Lion Je suis trop un beau gosse huhu !

█ Points : 60
█ Gallions : 4431
█ Messages : 43

♦ Né(e) le : 21/08/1995
♦ Age : 21
♦ Sang : Mêlé.
♦ Animal : Hibou
♦ Sortilège : Evanesco.
♦ Baguette : Bois de cerisier, cheveu de Vélane, 27 centimètres, parfaite pour les métamorphoses, relativement souple.
♦ Nationalité : Anglaise.

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kalev. Kal' ça le fait aussi.
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]   
Mer 18 Jan - 17:20

      Partager ? Comment ça « partager » ? Plait-il ?
      Pv. Karigan C. Mitwood.


Ah la rentrée … La joie de voir les petits nouveaux entrer dans le train et angoisser comme des fous à l’idée d’être répartis d’ici quelques heures, celle de retrouver les vieux amis, de taquiner les filles et d’embêter les plus jeunes … L’occasion inestimable d’effrayer les gamins et celle de jouer de vilaines farces aux plus crédules … Ah, quoi de plus distrayant que de voir la marmaille de onze ans haute comme trois pommes trébucher dans le couloir du wagon et culbuter un autre élève qui tombera lamentablement sur la cage de son hibou, poussant des hululements indignés … Que de divertissements ! Il n’y avait rien de mieux que de rencontrer ses chers camarades pour entamer la fête.

Cette année-là, pour le trajet, Kalev et ses amis avaient eut une formidable idée afin de faire tourner la tête aux petits nouveaux. Ils avaient longtemps réfléchi à ce plan, et ils étaient à présent fin prêts : ils pouvaient ouvrir leur cabinet de voyance. C’était simple, les enfants venaient les voir pour connaître leur future Maison, et eux les effrayaient un peu en s’amusant bien. Le blond avait beaucoup aimé la visite de cette fillette rousse avec de grandes lunettes rondes sur le nez, qui, toute timide, était venue demander conseil en bégayant.

- Hum … avait commencé Dastan, ami de Kalev, beau brun de son état. Toi, tu seras à Serpentard. Tu seras la honte de ta Maison : née moldue vivant dans une bibliothèque et aussi rousse qu’un Weasley. Ta scolarité sera un enfer, tu rateras tes A.S.P.I.C. de peu et tu finiras par récurer les toilettes du Ministère. Ton existence sera misérable, mais tu devras être forte, Sharley.
- Sharla
, rectifia Kalev.

Ce dernier retenait un immense fou rire alors que la pauvre enfant quittait leur compartiment, en larmes. Une fois disparue plus loin, le blond laissa libre cours à son hilarité, et termina avec les larmes aux yeux. Dastan, particulièrement fier de se coup, se pavanait devant Kayle, un autre de leurs amis.

- Dast’, t’as été vache pour le coup … Elle va jamais sans remettre, dit Kayle avec un petit sourire qui montrait qu’il ne se sentait pas du tout coupable de l’état de la petite.
- En plus le coup des toilettes du Ministère, vous me l’avez sorti l’année dernière, après les B.U.S.E, ajouta Kalev.
- Oui, mais toi, malgré ta gueule d’ange et ton amour de la procrastination, t’as un cerveau. On dirait pas comme ça, je sais, mais c’est vrai. Quand tu te donnes la peine de l’utiliser, il est vachement efficace, répondit le brun d’un ton moqueur.
- Je peux savoir ce que ma « gueule d’ange » vient faire là-dedans ? questionna le blond avec circonspection.
- Bah, selon les filles, un type beau et intelligent n’existe pas. Toi tu vas à l’encontre du stéréotype. C’est pour ça qu’elle t’adorent, à leurs yeux t’es plus ou moins le type parfait.

Dastan et Kayle se mirent à rire, goguenards, et Kalev adopta son air boudeur le plus convaincant. Ce n’était tout de même pas sa faute si ces petites demoiselles tombaient sous son charme ! Selon une ancienne petite-amie, c’était le charisme du joueur de Quidditch …

Ah le Quidditch. Un des avantages du retour à Poudlard était de pouvoir se remettre à l’entraînement intensif. Cette année, il était déterminé. Poufsouffle écraserait Gryffondor ! Dire qu’ils étaient à deux doigts de décrocher la Coupe … Il était absolument dégouté. Mais cette fois-ci, ce serait différant. Rien ne pourrait arrêter son équipe, il le jouerait sur le balais fétiche de son frère !

De ce fait, Kalev était particulièrement impatient de terminer les cours, ce vendredi de janvier, afin de pouvoir aller cajoler son balais de course avec amour. Ces choses-là demandait beaucoup d’affection et une grande tendresse. Ah, les heures lui avaient rarement été aussi longues. De plus, il avait réussi à attraper une retenue en cours de potions. Était-ce sa faute si son antipoison était devenu une boisson potentiellement mortelle ? Il n’était pas coupable ! Heureusement qu’il enchaînait avec deux heures de Métamorphoses. Recevoir des louanges faisait parfois du bien aux chevilles, et surtout au moral.

Lorsque la seizième heure de cette sinistre journée sonna, Kalev se précipita hors de la salle de classe et descendit les escaliers du château quatre à quatre. Il jeta à peine un coup d’œil aux Sabliers des Quatre Maisons, traversa le hall et déboula dans le parc avec une immense joie. Ce que cela faisait du bien de respirer un peu d’air frais et de sentir sur sa peau les rayons du soleil en fin de journée … S’il avait pu se réincarner, il aurait choisi une plante. On le comparait souvent à un légume, alors entre une courgette et une jolie fleur, il optait pour cette dernière.

Le blond calma l’allure et longea l’immense édifice jusqu’à atteindre le terrain de Quidditch. Il faisait beau, le lieu était désert, les conditions étaient parfaites pour un petit entraînement en solitaire, sans la moindre perturbation extérieur ni agression de ses tympans. Kalev aimait le calme ; on lui laissait malheureusement trop rarement l’occasion d’en profiter à son goût.

Sans réfléchir, presque machinalement, le Poufsouffle prit la direction des vestiaires et sortit sa tenue de Quidditch de son sac, après avoir récupéré son balais dans l’entrepôt. Tout en étouffant un bâillement d’ennui, contrecoup de tout cet épuisant apprentissage de sortilèges, l’adolescent entreprit de se dévêtir. Il venait de retirer son haut lorsqu’un bruit dans son dos à présent nu attira son attention. Il se retourna et vit alors, dans un angle de la pièce, cette chère Karigan Mitwood habillée de la tête aux pieds de son équipement de Quidditch aux couleurs des Gryffondor.

Kalev pensa que le rouge et l’or lui allaient bien, puis afficha un air intrigué. Mais que faisait-elle ici ? Bah, ce n’était pas bien important, sûrement venait-elle d’achever son propre entraînement, la diablesse. Le fait que lui-même ne soit pas totalement couvert de tissus alors qu’il se tenait devant une demoiselle ne semblait pas particulièrement le choquer. Aussi continua-t-il de se changer, troquant son uniforme classique contre celui du sorcier sportif qu’il était. Il acheva le tout en enfilant sa grande cape volatile noire et dorée. Il aimait bien voler même en dehors des matchs, parce que l’air de rien, ce n’était pas facile de bien faire son boulot avec ce truc qui venait se coincer partout.

- S’lut Karigan, se contenta-t-il de dire.

Il murmura pour lui-même un léger « Adieu, tranquillité » et se dépêcha de quitter les vestiaires afin de ne pas subir une violente attaque vocale de sa part. Il la savait dangereuse. Son hystérie n’avait nul égal en ce monde, il en était persuadé. Une fois dehors, il regarda les nuages, ravi, et alors qu’il allait enfourcher son balais, il vit l’attrapeuse de Gryffondor trottiner vers lui. Damne. Sa conscience lui souffla subtilement qu’il allait devoir partager le terrain. Kalev tiqua.

- Partager ? Comment ça « partager » ? Pouvez-vous répéter ? Je ne suis pas sûr d’avoir compris. Il regarda intensément l’adolescente. Navrée ma belle, mais ce ciel n’est pas assez grand pour nous deux. Je te propose de disputer ça à pierre-papier-ciseaux.

Il était hors de question que cette folle vienne empiéter sur ses plates-bandes. Non mais ! Kalev était certes gentil, mais quand on parle Quidditch, ça ne rigole plus. Ave un joueur professionnel dans sa famille, l’honneur des Hopwar était en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t352-kalev-hopwar-pour-vous-s
Karigan C. Mitwood
Sixième • Gryffondor

avatar
+ :

Féminin Capricorne Mon doux Andy !

█ Gallions : 4379
█ Messages : 20

♦ Né(e) le : 31/12/1994
♦ Age : 22
♦ Sang : Maman Sang-mêlé, Papa inconnu.
♦ Animal : Boursouflet
♦ Sortilège : Sortilège de Babillage -il est très drôle celui là.
♦ Baguette : Bois de charme, 31 cm, cheveu de Vélane, douée en Sortilège.
♦ Nationalité : Joker (Anglaise ?)

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kari'
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]   
Mer 1 Fév - 15:56

    Je déprime depuis une semaine. C'est toujours pareille, dès qu'on reviens des vacances, je ne peux m'empêcher de regretter ces deux mois de liberté totale. Poudlard est un enfer pour moi ; surtout en septembre. Ensuite, c'est au retour des vacances de Noël... Et après au retour des vacances d'avril et c'est une boucle infernale qui dure maintenant depuis six ans. À quand la sortie de cette prison ? J'exagère peut-être... Mais alors juste un peu.

    Mon voyage dans le train ? Je l'ai passé collée à une fenêtre, serrant Fuzz comme si je m'accrochais à une bouée (je suis persuadée que ses yeux ressortaient sous la pression) le nez contre la vitre et les yeux dans le vague. Repliée en boule sur la banquette en cuir, triturant ma petite salamandre automate ; je suis persuadée que je devais faire pensé à un zombie.

    Ensuite ? La reprise des cours, comme à mon habitude j'écoute d'une oreille, je griffonne sur mes bouts de parchemins avec mon crayon HB, j'essaye de prendre des photo' en plein cours, je balance des boulettes de papier sur les Serdaigles pour les dégriser, ou encore sur les petits Serpy' pour voir s'ils ont vraiment un balai coincé là où je pense. Quand le sujet me semble intéressant, je me ré-intéresse au cour. C'est souvent à ce moment que le prof' me préviens que je viens de faire perdre des points à ma maison ou que j'ai une retenue.

    Bref, la vie quoi. J'ai aussi commencé ma potion pour me venger de cette sale traînée qui fait partie des Piafs. Dire à moi, MOI, en plus, devant toute une bande de Gryffondor, qui compte notamment le sexy David Tracley, que je suis une folle dangereuse au cerveau dérangée qui compte faire exploser Poudlard. Non d'une hippogriffe en rut, je lui avais simplement montré comment faire un sortilège car elle s'y prenait comme un manche à balais -peut-être qu'en faite, c'est elle qui se coince dans les Serpentards.

    Oui, je suis énervée, j'ai envie d'enlever le sourire niais des premières années, de hurler contre l'injustice de cette foutue école. Je fais ma crise d'adolescence, voilà, j'ai décidé d'emmerder le monde : d'arracher les tableaux dans les couloirs, de dérégler le sortilège de la Grande Salle pour qu'il pleuve. Je trouverais bien le temps cette année... Ou alors je me serais calmée, au choix.

    Et pour que je redevienne sereine quel meilleur moyen que le Quiddich ? Voler, sûrement l'une des choses les plus géniale du monde magique, cette capacité que nous avons de voler quasiment sans aide. Juste avec un balai ! Bon, il faut avouer que bon nombre de joueur de Quiddich ont eu du mal à gérer les douleurs dans l'arrière train des premiers match mais il faut bien qu'il y ait quelques inconvénients.

    Me voilà donc, ma fidèle Étoile Filante sur l'épaule, entrain de marcher sur l'herbe fraîche, le nez en l'air, regardant le beau ciel bleu. Il n'y a qu'une simple petite bise tout à fait agréable qui ne gênera aucunement mon entraînement. Attraper une Vif d'Or par ce temps sera toujours une véritable plaisir. Je m'approche du terrain de Quiddich et regarde amoureusement les hauts gradins. En faite, s'il y a bien une chose que je ne reprocherais jamais à Poudlard, c'est bien ce terrain de Quiddich.

    Je rentre dans les premiers vestiaires que je vois -la saison n'ayant pas encore commencé il n'y a aucune entraînement de prévue- et j'appelle ma tenue d'un « Accio » je me change avec bonheur. Les tenues pour ce sport sont bien meilleurs que les robes de sorcier. Elle permette confort et une liberté de mouvement qu'on ne retrouve pas sur les habits traditionnels. Mais bon, on ne peut malheureusement pas les mettre tout le temps.

    J'entends le bruit d'une porte qu'on ouvre, je lève un sourcil, qui est bien la personne qui va encourir mon courroux ? Moi qui veux être seule, je refuse de partager ce vestiaire ou même le stade. Si je lui envoie des mauvaises ondes vous croyez qu'il va partir ? Il faut croire que non. La porte de mon vestiaire claque contre le mur et quelqu'un avec une perruque blonde que je jurerais avoir déjà rencontré rentre. Je regarde un peu mieux l'intrus.... Mais bon sang mais bien sûr ! C'est « Kaaaaaaaallllllllllleeeeeeeeeeyyyyyyvvvvvvvvvvvvvv » paix à mon âme, qui vient m'enquiquiner -ou que je vais enquiquiner- tout dépend du point de vue. Mais qu'est ce qu'il fait ici ?

    Attend... STOP ! What the fuck ! Qu'est ce qu'il est entrain de faire. Nan... Il ne vient pas de... Retirer son haut ? Ah ba si, il se déshabille devant une fille sans aucune gêne ce malotru, et les nanas de mon dortoir n'ont d'yeux que pour ce play boy chaud lapin ? On aura tout vu ! Sans gêne ! Je vais t'apprendre les bonnes manières moi ! Tu vas voir, tu vas tâter de ma baguette -et non moi qui va tâter la tienne-... Merlin a quoi je pense ! Ce type est mauvais pour ma santé, il faut absolument que je le fasse tomber de son balais pour ma propre survie.

    D'ailleurs il est déjà partie, je dois vraiment avoir l'air d'une arriérée à rester planter comme un poireau mal enterrer dans les vestiaires et je décide donc de sortir avec les restes de ma fierté. Il va voir ce qu'il va voir, j'étais la première présente. Je n'oublie pas le Vif d'Or qui n'attend que moi et marche rageusement sur la pelouse du stade. Il va voir de quel bois ce chauffe les Mitwood.

    Avant que je ne puisse parler, ce fou ce met à déblatérer une phrase sans queue ni tête ; ou plutôt je ne cherche pas à y trouver un sens. Et je reste calme... En théorie... Pendant deux secondes...

    - Pierre-feuille-papier-ciseaux ! Je commence à siffler, non mais TU vas PAS BIEN du TOUT ! Je crois que je me suis mise à hurler, outch ma pauvre tête. D'abord qu'est ce que tu fou ici, t'es pas censé être entrain de pioncer quelque part dans le château et les laisser ceux qui sont hyperactif vaqué à leur occupation. Soudainement, j'agite mais bras dans tous les sens en tapant du pied comme une gosse capricieuse. J'en ai ma claque moi, il y a déjà ce stupide Piaf, avec un grand P tu veux, qui arrête pas de me faire chier, j'ai Andy qui a des interférences, MERLIN de Poudlard, j'arrive plus à faire fonctionner mon pc et le quotient intellectuel de mes camarades de chambré est toujours aussi évolué que celui d'une moule. Je veux être en vacances !

    Et sans écouter de réponse, j'enfourche mon balais, me retiens de faire avaler la balle doré à Kalev et la laisse plutôt s'envoler dans le ciel. Vu à quelle vitesse elle s'éloigne de moi, elle s'est peut-être douté qu'elle était passé à deux doigts de terminer dans la bouche du Poufsouffle... Elle connaît pas sa chance, j'en connais quelques dizaines qui auraient été enchantée d'être à sa place.

    Enfin dans les airs, je respire. Je me stabilise à une vingtaine de mètres du sol. J'écarte grand mes bras, ne tenant qu'à un fil que je m'écrase par terre. Je n'en ai cure, un sourire s'étale sur mes lèvres. J'exulte. Je me sens basculer en arrière, je reprend mon équilibre, je suis un funambule, j'attaque. Un piquet, mon balais chute à une vitesse vertigineuse. Je me met à rire. Je ferme les yeux quelques secondes. Je les ré-ouvre. Le sol. Je souris, je redresse, je pars en boucle vers ma droite et remonte, pour essayer d'aller toucher les nuages. Je vrille sur la gauche, redescend, vrille à droite, remonte en chandelle.

    Je me stoppe. Il est temps de trouver le Vif d'Or.

_________________
Ne suis-je pas adorable ?

Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t353-karigan-pose-ses-fesses-
Kalev Hopwar
Sixième • Poufsouffle

avatar
+ :

Masculin Lion Je suis trop un beau gosse huhu !

█ Points : 60
█ Gallions : 4431
█ Messages : 43

♦ Né(e) le : 21/08/1995
♦ Age : 21
♦ Sang : Mêlé.
♦ Animal : Hibou
♦ Sortilège : Evanesco.
♦ Baguette : Bois de cerisier, cheveu de Vélane, 27 centimètres, parfaite pour les métamorphoses, relativement souple.
♦ Nationalité : Anglaise.

Joueur de Quidditch


Info Riddikulisiens
Surnom Riddikulisien: Kalev. Kal' ça le fait aussi.
Grimoire Personnel:

MessageSujet: Re: Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]   
Mer 8 Fév - 16:02

Ah, Karigan. Cette douce et délicate enfant était l’incarnation même de la nuisance sonore et de la démence. Son nom était la définition de la perturbation à l’état pur et tout son être respirait vacarme et énergie débordante. Aussi adorable (bien que le terme semblait désuet) soit cette jeune fille, il était une chose que l’on ne pouvait contester : la fréquenter était particulièrement fatiguant, pour ne pas dire mortellement harassant. Et cette pensée fit soupirer Kalev de toute son âme. Il était déjà épuisé rien qu’à l’entendre.

Ce qui était très étrange, c’était que la petite Gryffondor lui parle comme s’il était fou ; or, en toute honnêteté, le moins raisonné des deux était clairement la demoiselle, dont la vivacité n’avait d’égal que sa perfidie. De plus, sa santé mentale inquiétait fortement le blond. Il fallait forcément être grièvement atteint au cerveau pour crier aussi fort, somme toute sans raison valable.

Ah, ainsi donc il était censé dormir quelque part dans le château ? Ah, naïve créature … Il ne fallait pas confondre flegme et paresse. Lui était l’incarnation même du flegmatisme, le prêtre suprême de cette religion, là où elle était fille de l’Agitation. Ce n’était pas pour autant qu’il était paresseux, très loin de là. Certes il aimait dormir dans un bon lit, mais ce n’était pas pour autant qu’il passait ses journées à ronfler sans rien faire.

Nouveau soupir. Ce que les filles étaient compliquées. Kalev s’appuya sur son balais, et fit un effort surhumain pour canaliser son mal de crâne naissant et lui répondre.

- Bon, vu que tu parles plus vite que ton ombre, on va reprendre depuis le début. De un, je ne suis pas paresseux. De plus, si je veux écraser ton équipe, je n’ai plutôt pas intérêt à ne rien faire de mes journées. De deux, les hyperactifs peuvent tout à fait faire leurs magouilles de surexciter quelque part où ils ne gênent pas les gens en recherche d’un peu de calme et de tranquillité. De trois, on insulte pas les gens par des noms d’oiseaux ! C’est une insulte pour ces derniers !

Car oui les gens il s’en moquait éperdument, mais les pauvres animaux à plumes ! Certains faisaient preuve d’un très grande intelligence, et en grand amoureux des oiseaux, il ne laisserait pas passer tel affront sans réagir, ça non ! Elle paierait pour son crime avec une défaite écrasante de son équipe au prochain match, foi de Poufsouffle !

- De quatre, la technologie, j’y connais rien, alors va te plaindre à un type plus cultivé que moi. Je ne comprends rien aux bidules moldus, navré. Pis tes photos sont bizarres, elles bougent pas. C’est pas intéressant. De cinq, insulter ses camarades, c’est mal, même si je pense très fort que tu es une insupportable naine survolté encore plus fatigante que Mimi Geignarde. De six, les vacances, c’est pas pour tout de suite. Et il n’y a pas de sept.

Kalev ne sut pas si la jeune fille entendit la fin de sa phrase, puisque de toute façon, elle avait décidé de s’envoler sur son balais. Ah la lâche, incapable de lui faire face, à lui et au destin, à coup de pierre-papier-ciseaux. Quelle piètre Gryffondor ! Le blond soupira encore une fois, puis, le souaffle sous le bras, décida de rejoindre l’impertinente dans les airs. Heureusement qu’il n’y avait personne au stade, à cette heure-ci. Les filles étaient encore plus terribles lorsqu’il chevauchait son ami de toujours, son Etoile Filante … Le charisme du joueur de Quidditch, qu’il disait …

Le Poufsouffle laissa sagement le petit démon faire ses tours de passe-passe, puis lorsqu’enfin elle se décida à chercher le Vif d’Or, Kalev lui envoya le souaffle à la figure. Qu’elle récupéra.

- Bien, cria-t-il pour qu’elle l’entende. Au moins, tu as quelques réflexes. Je te propose un petit duel, le premier qui marque trois points chez l’adversaire à gagner !

Ah c’était bas, très bas. Déjà parce qu’elle n’était pas poursuiveur, et de deux parce qu’avec sa toute petite taille, il l’imaginait mal envoyer le souaffle assez fort et assez loin pour le faire entrer dans le moindre but. Quant à garder le sien, justement … Il se demandait bien comment elle faisait pour ne pas se faire emporter par le vent tant elle était frêle. D’un autre côté, mieux valait ne pas la sous-estimer. Avec une telle énergie, tout était possible …

Kalev fit en sorte de s’approcher d’elle, et en profita pour lui ébouriffer les cheveux. L’air de rien, il aimait bien l’embêter. Il arbora un sourire à la frontière de la moquerie et de l’amusement.

- Le gagnant impose ce qu’il veut au perdant. Sinon, on peut toujours se tirer dans les pattes et le premier qui tombe de son balais est élu esclave de l’autre. A vrai c’est même peut-être plus amusant comme ça.

Et autant dire qu’il était très tenté de la pousser, là, tout de suite, maintenant. Mais comme il était fairplay, il se retint. Mais c’était vraiment tentant. Oh, et puis … C’était le jeu du plus fourbe non ? Alors hop ! Il passa un bras autour de la taille de la jeune fille et commença à la tirer vers lui pour la décrocher de son balais … Mais elle était coriace. Ça s’annonçait bien amusant finalement.
Revenir en haut Aller en bas
http://riddikulus2.forumactif.name/t352-kalev-hopwar-pour-vous-s
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Partager ? Comment ça "partager" ? [Karigan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]
» Partager sa peine [Libre]
» [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager
» Des screens à partager ....
» Comment contrer un mumak?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Riddikulus Hogwarts² :: POUDLARD ::  Terrain de Quidditch-